USB
Carolle Roy

Agora

 

Technologie educative

 

outils

 

pedagogie

 

veille

 


a

 

Le design pédagogique - Conception d'un cours en ligne

La relation concepteur pédagogique/expert de contenu
        Collaboration professionnelle et relation himaine
Enquête
Analyse
        Les tâches et les responsabilités selon la MISA
        Les étapes du processus d'élaboration
        La collaboration CP/EC
        Les approches pédagogiques
Conclusion

La relation concepteur pédagogique/expert de contenu

Les approches pédagogiques

Au moment de l’amorce d’une conception pédagogique, lors de la session initiale de la conception, je donne un portrait global de la démarche à venir. Au cours de cette session, j’indique, entre autres, que le principe général de l’approche socioconstructiviste sera utilisée, du moins en trame de fond, en conjoncture avec d’autres approches en fonction des besoins d’apprentissage. Afin d’évaluer si cette orientation représentait un ajustement important ou non pour les EC, la question 25 visait à connaître les approches utilisées dans la pratique régulière des EC.

On constate que tous les EC considèrent déjà utiliser l’approche socioconstructiviste dans leur pratique, que quatre sur six considèrent utiliser le cognitivisme et le behaviorisme et qu’un des EC considère utiliser également le connexionisme.

Afin d’aller un peu plus loin sur ce sujet et obtenir des renseignements plus précis, une série d’affirmations se rattachant à l’une ou l’autre des approches étaient proposées aux EC à la question 26 (Lesquelles de ces affirmations correspondent à votre conception de l’enseignement?). Les EC R1 et R2 ont indiqué utiliser toutes les approches et ont en effet agréé à toutes les affirmations. Les répondants R3 et R5 par contre, ont indiqué n’utiliser que l’approche socioconstructiviste dans leur pratique régulière, mais ont agréé avec plusieurs principes relevant des approches behavioriste et cognitiviste. Plusieurs hypothèses sont ici possibles pour expliquer ces réponses : ces répondants ne différencient pas réellement les approches; ils utilisent en fait plus d’une approche dans leur pratique; leur pratique n’est pas conforme à leur conception de l’enseignement. De plus, le répondant R3 est à la fois d’accord et en désaccord avec plusieurs affirmations, ce qui tend à laisser croire que sa connaissance des approches est soit incomplète, soit relativement faible. Quant au répondant R6, il n’a répondu que partiellement à la question. Notons ici que cette question a une erreur de conception puisqu’elle ne propose pas de réponse du type  « je ne sais pas ».

De façon générale, tous les répondants considèrent que l’approche socioconstructiviste a été utilisée pour le ou les cours auxquels ils ont participé, que cette approche était appropriée et que les principales caractéristiques de cette approche ont été respectées.

Sauf pour le répondant R3, tous les autres considèrent que l’approche cognitiviste a été utilisée. Cinq pensent que les principes de cette approche étaient appropriés à la matière enseignée, un ne sait pas et le répondant R3 considère que cette approche n’était pas appropriée. Puisque tous les cours que j’ai élaborés utilisent un mélange d’approches, incluant l’approche cognitiviste, la réponse du R3 tend à renforcer l’hypothèse que celui-ci ne fait pas réellement la différence entre les approches.

Selon les EC, l’approche behavioriste a été utilisée pour six conceptions sur huit, un répondant ne sait pas et un considère que cette approche n’a pas été utilisée. Ici le répondant R3, contrairement à ses affirmations précédentes, considère que cette approche a été utilisée, mais ne précise pas si, selon lui, celle-ci était appropriée à la matière du cours. Il inscrit toutefois en remarque que « Nous nous sommes entendus sur l’approche socioconstructiviste ». Il nous est difficile d’interpréter cette réponse. Est-ce qu’il considère que cela a été une erreur?

L’approche connexionniste aurait été utilisée dans trois élaborations, dont celles du répondant R3, elle ne l’a pas été dans deux élaborations et trois répondants ne savent pas si elle a été utilisée. En effet, ces trois répondants n’avaient pas indiqué qu’ils utilisaient cette approche dans leur pratique régulière.

Finalement, peu de commentaires ont été ajoutés. L’un souligne toutefois la lourdeur de la démarche et l’insuffisance de temps accordé à l’EC pour cette participation et l’autre reprend les commentaires concernant la relation EC/CP déjà fournis à la question 21.

 

     ©2012 Carolle Roy. Il est interdit de transférer, copier ou reproduire en tout ou en partie le contenu de ce document.
     carroy@shaw.ca