USB
Carolle Roy

Agora

 

Technologie educative

 

outils

 

pedagogie

 

veille

 


a

 

Le design pédagogique - Conception d'un cours en ligne

La relation concepteur pédagogique/expert de contenu
        Collaboration professionnelle et relation himaine
Enquête
Analyse
        Les tâches et les responsabilités selon la MISA
        Les étapes du processus d'élaboration
        La collaboration CP/EC
        Les approches pédagogiques
Conclusion

La relation concepteur pédagogique/expert de contenu

La collaboration CP/EC

Les questions 19 à 22 voulaient obtenir des pistes de réflexion au niveau des impressions ressenties de la part des experts de contenu concernant leur relation avec le concepteur pédagogique. De nature essentiellement subjective, ce type d’information reste vague et peu significative avec ce type d’outil, mais peut tout de même fournir quelques renseignements. Par contre, il faut se rappeler qu’il s’agit ici de l’opinion d’une seule des parties impliquées et qu’aucune mise en contexte ne permet de relativiser ces réponses. En effet, ce genre de réponse est presque toujours influencé par une série de circonstances de différentes natures (considérations professionnelles, compatibilité de caractère, sentiments de perte de contrôle ou d’incompétence, etc.) dont le répondant n’a pas toujours conscience ou dont il ne révèle pas la présence soit volontairement, soit parce que l’outil ne le permet pas.

Dans sept élaborations sur huit, on décrit la relation avec le CP comme étant collaborative. Trois la décrivent comme étant rassurante et nécessaire, deux comme étant essentielle. Par contre, le répondant R3 précise que cette relation a été irritante par moment.

Dans six élaborations sur huit, on considère que la relation avec le CP a guidé et dans sept élaborations, cette relation a appuyé l’EC. Le répondant R3 considère que cette relation était de nature technique sans plus, mais admet qu’elle a contribué au bon déroulement de l’élaboration. Rappelons que le répondant R3 s’est toujours perçu comme étant celui qui avait réalisé tous les éléments de la phase conception, même ceux auxquels il n’a pu participer (outils de médiatisation). Pour sept élaborations sur huit, on considère que cette relation a contribué au bon déroulement de l’élaboration.

De façon générale, tous s’entendent pour dire que la relation CP/EC devrait être basée sur la confiance, le partage (partenariat) et le respect mutuel. Ces réponses sont malheureusement incomplètes et auraient intérêt à être approfondies en entrevue. Elles ne donnent aucune précision, par exemple, sur la façon dont les EC interprètent la « confiance ». Est-ce que cette confiance devrait être mutuelle? Jusqu’où devrait-elle aller? Est-ce qu’ils ont eu l’impression que cet élément n’était pas présent dans leur relation?

Finalement, quatre répondants sur six ont connu des moments d’incertitude concernant ce qu’ils avaient à faire. Trois indiquent que les explications du CP ont alors été éclairantes. Le répondant R3 précise qu’il a « décidé de faire confiance ». Un seul répondant a cru, un moment donné, de ne pouvoir remplir son mandat, mais il a regagné confiance en s’appuyant sur le fait que « le CP savait ce qu’il avait à faire ».

 

     ©2012 Carolle Roy. Il est interdit de transférer, copier ou reproduire en tout ou en partie le contenu de ce document.
     carroy@shaw.ca